Année 2016-2017

Cliquez sur l’image ou ci-après pour télécharger le programme : SPHN_Programme_2016_2017

 

DPC du TOUQUET les 2 et 3 Juin 2017 : La fibromyalgie

 

La SPHN vient de vivre un grand moment de formation ces 2 et 3 juin 2017 au Westminster du TOUQUET !

Ce projet élaboré en une année en collaboration avec l’AFML nous a réunis à une trentaine, médecins, pharmacien, sage-femme, pour deux journées de formations indemnisées dans le cadre de l’ANDPC sur le thème difficile mais tellement important dans la pratique :

« La fibromyalgie, actualités et prises en charges thérapeutiques »

De manière très interactive autour de cas cliniques, de questions ouvertes, de QCM ou d’exercices pratiques, l’ensemble des éléments permettant à la fois de retenir le diagnostic mais d’éliminer aussi les diagnostics différentiels a été révisé.

La physiopathologie des mécanismes de la douleur, les interactions avec les émotions et leurs interconnections ont fait l’objet de développements approfondis par le Dr Eric AUXENFANTS, chef de service de médecine interne de Roubaix, et le Dr Laurent LAUBENHEIMER, médecin algologue à Villeneuve d’Ascq.

De la prise en charge allopathique avec ses limites d’efficacité et ses risques iatrogéniques à l’ouverture à une prise en charge multidisciplinaire impliquant le patient, différentes stratégies thérapeutiques ont été largement décrites afin de permettre à chaque participant d’orienter au mieux ses patients. Ainsi ont été exposées les techniques de la prise en charge par neurofeedback, par l’hypnose analgésie et par la sophrologie.

L’homéopathie, par la diversité de ses remèdes, s’inscrit dans une démarche thérapeutique tout à fait cohérente de la fibromyalgie comme nous l’a exposé le Dr Augustin DAVID Rhumatologue, le choix du remède pouvant être de plus étayé par l’étude graphométrique de l’écriture du patient.

Enfin par la singularité de sa prise en charge thérapeutique, le Dr Didier DESWARTE nous a expliqué comment l’acupuncture a une place majeure pour la le soulagement de la douleur et l’aide au patient dans la globalité de son fonctionnement et de ses désordres.

C’est donc sous un soleil inespéré et dans un lieu tout à fait agréable et chargé d’histoire pour les homéopathes qui ont suivi les enseignements du Dr Michel GUERMONPREZ, qui nous a quitté malheureusement très récemment, que chaque participant à cette formation organisée par la SPHN a pu parfaire ses connaissances sur la fibromyalgie et apprendre à élaborer avec le patient une prise en charge ouverte à différentes approches thérapeutiques complémentaires.

L’ensemble de l’équipe de la SPHN a été enchanté d’organiser une telle formation et souhaite continuer à travailler en collaboration avec les compétences de chacun. Il y a encore tant à apprendre!

Nous vous souhaitons un bel été et serons ravis de vous retrouver dès octobre pour de nouvelles sessions de travail autour de thèmes variés de notre pratique quotidienne.

Dr Brigitte BOUCHE-HENNION

      

 

Hommage au Dr Michel GUERMONPREZ qui nous a quittés le 28 Avril 2017

           

Ces photos ont été faites lors de la soirée de clôture du congrès de Lille en Mai 2012

En mémoire de Michel GUERMONPREZ

Le docteur Michel GUERMONPREZ nous a quitté le vendredi 28 avril 2017, après une courte hospitalisation. Ses obsèques ont eu lieu dans l’intimité le 3 mai à BATTRANS dans la Haute Saône. Malgré l’épreuve des deux dernières années de la maladie et de ses soins, il s’en était remis et conservait toutes ses brillantes facultés intellectuelles que nous lui connaissions.

C’est ici une grande page qui se tourne dans l’histoire de l’homéopathie. Pour beaucoup d’entre nous, qui n’avons pas vécu la période de la dernière guerre, nous apprenons ici comme souvent l’authenticité cachée avec pudeur d’actes courageux dans ces circonstances singulières, et apprenons que Michel GUERMONPREZ était médaillé de la croix de guerre. Avant que d’être médecin homéopathe il montrait ainsi la force de sa personnalité. Ce dont on ne doutait pas d’ailleurs en le côtoyant soit comme patient soit comme élève ou comme ami. Notre région du Nord a bénéficié de cette personnalité, et beaucoup de médecins se sont confortés dans notre belle pratique de l’homéopathie grâce à lui. Il avait d’ailleurs une culture universelle, alliée au sens de l’esthétique, y compris dans son langage et le choix de ses mots, aimant aussi le paradoxe dont il aimait à jouer.

Homme de science, il savait nous montrer que le savoir n’est pas un acquis, il se construit et se détruit, il citait volontiers Karl Popper pour qui la démarche scientifique a sa vérité dans la contradiction. Car sa pédagogie restait scientifique et clinique. Il avait l’art de présenter ses observations de manière imagée, mais sans jamais en perdre l’objectivité du regard médical. Il restait au fait des dernières avancées médicales, mais savait toujours valoriser l’acquis des notions propres à la discipline homéopathique qu’il resituait toujours dans son histoire, et l’histoire des idées au sens large. Car sa culture philosophique le permettait. Cette culture était étendue à toutes les approches dont il savait extraire les pistes de réflexion qui soient rationnelles. Comme beaucoup de ses anciens amis, il s’intéressait à l’acupuncture et la connaissait bien, les traditions chinoises étaient partagées à l’époque avec le Docteur Jean CHOAIN à Lille qui était un grand sinologue, le Docteur Le PRESTRE également… Son savoir encyclopédique montrait un esprit curieux, et il nous disait souvent, qu’à un moment il fallait choisir, et il a choisi l’homéopathie, et nous a fait bénéficier ainsi d’un enseignement pédagogique hors pair. Tout ce qu’il a pu nous apprendre au cours de nos perfectionnements dans le Nord, il l’a pour notre plus grand bonheur condensé dans son livre: Homéopathie, principes, clinique et techniques paru aux éditions CEDH. Il avait auparavant construit une matière médicale avec la collaboration des deux pharmaciennes des hôpitaux, Me Madeleine PINKAS et Me Monique TORCK, et fait ainsi un parallèle fructueux entre nos pathogénésies et la pharmacognosie de nos souches médicamenteuses. Je citerai aussi son livre sur les tempéraments qui replaçait ainsi tous ces concepts que la médecine actuelle a tendance à rejeter du haut de l’orgueil de ses concepts contemporains à savoir les tempéraments hippocratiques. Ces savoirs de notre histoire ont les bases de raisonnement de leur époque, mais à cette époque, les hommes exprimaient déjà des maux et affects qui sont les nôtres aujourd’hui et nous ne sommes pas si différents en fait. Ces concepts des tempéraments en tout cas, si ils sont à relativiser ont une réelle utilité pédagogique, qualité qu’avait réellement Michel GUERMONPREZ.

Michel GUERMONPREZ fût en son temps Président du Centre Homéopathique de France, il était un élève direct de Léon VANNIER. Nous nous souvenons des journées rue Charles Marie Widor quand nous n’étions alors que des jeunes médecins en quête de ce nouveau savoir médical, côtoyant les grandes têtes du milieu homéopathique. Michel GUERMONPREZ créa le tout premier diplôme post universitaire de la faculté de médecine de Lille en collaboration avec le doyen Bernard DEVULDER auquel nous fûmes plusieurs à collaborer, c’est actuellement le Dr Mourad BEN ABDALLAH qui en est encore le coordonateur, et le continuateur.

Michel était encore très attaché à notre société, la Société de Perfectionnement en Homéopathie du Nord, la SPHN.

La société fondée par lui la SPH, et dont j’ai eu le privilège de reprendre la présidence a fusionné depuis avec la Société Homéopathique du Nord qui nous a rejoint lors de notre dernier congrès de Lille en 2012.

Nos jeunes générations ont ainsi renoué des liens légitimement différenciés par les personnalités dominantes de l’époque. Nous lui donnions des nouvelles régulières de nos activités.

Michel GUERMONPREZ en était heureux et était encore très attaché à notre société qui était encore pour lui « sa » société. Nous n’avons pu le faire se déplacer l’an dernier pour notre travail sur le pluralisme raisonné que nous avons présenté en son nom. C’était son principal message que nous tâchons de sauvegarder et d’enrichir avec la pratique des uns et des autres. Le médicament homéopathique et ses indications ne doivent pas nous faire perdre de vue les notions pharmacognosiques et physiopathologiques. Malgré cela il restait ouvert aux différentes pratiques de notre milieu homéopathique et nous tâcherons d’en faire de même dans les différentes sociétés que nous animons.

Nous respecterons cet héritage qui reste encore pleinement d’actualité et inclus dans la modernité des idées, qualité que nous reconnaissions encore à Michel ces derniers mois. Adieu donc à un grand médecin, un grand professeur et un ami, et toute notre sympathie à son épouse et à ses enfants, petits enfants et proches, à ses patients qui lui étaient si attachés et nous avons aussi une pensée particulière pour le Docteur Pascal GUERMONPREZ son fils, médecin homéopathe à GRAY.

Didier DESWARTE, Président de la société de perfectionnement en homéopathie du Nord et au nom du bureau de la SPHN: Brigitte BOUCHE, Annick TIGNON, Joëlle PECQUEUR, Nadine DELEBARRE, Dominique FOURMAINTRAUX, Christophe SOYEZ, Jean-François XAVIER, Serge MARIS, Olivier BERNARD